30/06/2013

On ne fauche plus les bords de routes à Modave?

fauchage-tardif.jpg

Le fauchage était  le moyen le plus utilisé pour l'entretien des bords de routes. Initialement, il était pratiqué très régulièrement pour répondre favorablement aux aspects de sécurité routière et aux critères de propreté en vigueur, imposant la plupart du temps une herbe maintenue courte. Cette gestion intensive des bords de routes ne permet pas le développement d'une vie sauvage riche en espèces. Les espèces à croissance rapide et à multiplication végétative sont abondantes dans ce cas.

Les bords de routes abritent une flore diversifiée et constituent des couloirs de dispersion pour de nombreuses espèces sauvages. En Wallonie, au moins 25 % d'espèces (mammifères, oiseaux, insectes, ...) se trouvent dans une situation préoccupante en matière de conservation. Ou, pour conserver une espèce, il faut préserver son habitat.

image7037097244253601229.jpg

Depuis 2011, Modave a choisi d’adopter le plan MAYA et de pratiquer le fauchage tardif

 

Limiter le nombre de fauchage à un seul passage annuel, et le réaliser en fin de saison, permet aux plantes de croître, fleurir et fructifier. Les fleurs vont attirer une quantité impressionnante d'insectes butineurs à la recherche de pollen et de nectar.  Ils féconderont les fleurs qui produiront les graines utiles au renouvellement de l'espèce mais aussi pour toutes les espèces animales granivores.  Le couvert végétal sera un endroit de quiétude pour beaucoup d'animaux qui s'y reproduiront. Ainsi, un bord de route en fauchage tardif offre bien plus de services à la nature qu'un bord de route fauché trop tôt ou trop souvent.

Sources: www.wallonie.be

Commentaires

Piétons, marchez sur la route!!!!!!!!!!!!!
Fermiers, ne coupez plus vos chardons ni vos orties ,l'exemple vient d'en haut.Vaut-il mieux protéger les chardons et les orties que les marcheurs.......Bien à vous.

Écrit par : lambrette jules | 30/06/2013

Les commentaires sont fermés.